La route du handbiker

Je suis sur la route du tour du monde et depuis le départ de Paris le 4 septembre, je suis le tandem avec mon handbike  à vive allure. Avant le départ, j’avais peur de ne pas pouvoir les suivre parce que je vais moins vite qu’un vélo mais finalement tout se passe bien on est très bien accordé. Sur les routes, je transporte à l’arrière de mon handbike un sac en tissu cousu à la main sur mesure pour accueillir : deux tentes, trois sacs de couchage et sacs à viandes ultra chaud et trois oreillers. En plus de mon gros sac, je transporte mon fauteuil roulant qui est indispensable pour ce grand voyage. Et tout ça pèse son poids !

De Paris à Orléans, j’ai trouvé que les routes empruntées étaient correctes et relativement plates. J’allais à une vitesse de 15 à 20 km/h, voire 30 km/h par moment, sans trop me fatiguer. C’était que du bonheur. A la fin de la journée, j’étais content de m’arrêter car on faisait une moyenne de 60 km/jour (Pas toujours respectée !)

Pour les reliefs, c’est autre chose. C’est dur, c’est long mais j’y vais doucement mais sûrement.

Le soir, quand il faut se laver, ce n’est pas une partie de plaisir au camping sauvage c’est-à-dire dans un cimetière ou dans un champ. Il faut : une bassine d’eau froide, un gant de toilette, du savon et c’est partie ! Sinon quand je suis chez des gens c’est plus facile mais surtout plus agréable. Il faut comme même que je m’adapte un peu car leurs douches sont parfois petites. Je ne fais pas mon difficile et je sais me doucher dans une douche d’1m sur 1m assis.

Baptiste

Baptiste

63 réponses pour “La route du handbiker”

Laisser un commentaire

Rejoignez-nous sur Facebook