Douce France, cher pays de mon enfance!

Avant toute chose, sachez que vous pourrez retrouver les photos d’ Albanie,  Monténégro, Croatie, et Italie. Nous les avons ajouté à l’article « C’est l’heure de l’apéro! » ( en photos)  avec quelques commentaires. merci d’avoir patienté.

La traversée des Alpes.

« Si, si, si, on vous jure, on adore pédaler en Montagne! » Les gens n’en reviennent pas…sauf les autres cyclotouristes qui se retrouvent dans notre situation. C’est dur bien sûr, mais les paysages nous coupent le souffle. L’arrivée aux cols, est à chaque fois magique. Du coté Italien, nous sommes passés par Sestrières, à 2037 m d’altitude. C’est un peu moin que le col atteint dans la cordillère des Andes, mais cela nous a demandé autant d’effort. Après ce col, nous redescendons tout, en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Enfin nous prenons tout de même le temps de poser devant les montagnes, avec notre retardateur. Les gens qui passent en voitures, ou en vélo nous regardent étonnés, car ils ne voient pas forcément l’appareil photo, et se demandent bien ce que l’on fait, immobile, à sourire bêtement.

 

Mais la France se mérite. Après la descente, il faut remonter. Sur les conseils de Romain et Hélène, deux cyclotouristes rencontrés à Split ( Croatie) nous partons en direction du col de l’échelle. C’est plus long, et plus dur que le col de Montgenèvre, mais plus sauvage, plus beau. Nous n’avons pas hésiter longtemps, et ne regrettons pas notre décision. Le matin du 13 août, au pied de la montagne, nous regardons, un peu sceptiques, les lacets qui se trouvent « un tout petit peu » plus haut. Nous avons prévu de retrouver les Protard, en vacances dans le coin, à 12h00! (ceux qui nous avaient accueilli à Mendoza. Si vous vous souvenez bien Eric avait pédaler une journée avec nous.) Comme il est 8h00, cela nous laisse un peu de temps.

 

« On va se la faire tout doux »…Chaque virage nous émerveille un peu plus que l’autre. La vue s’élargit de plus en plus. On entend les petits cailloux qui tombe du versant descendant. Et on se fait doubler par de nombreux cyclistes. Ils ont trop fort. Nous on peine, à 4.5 km/h, et eux sont au moins à 15. Ils se balancent sur le vélo, et nous font tous des petits signes d’encouragement en nous dépassant. ils doivent s’entraîner pour le tour de France, peut-être.

Au col, pique-nique avec nos amis, et des cousins de Grégoire venus nous rejoindre eux aussi. Quel accueil!C’est émouvant de rentrer, d’entendre de nouveau parler français. Nous avons mis 2h à monter, donc nous avons un peu de temps pour nous reposer, avant de redescendre sur Briançon, avec une petite pause bien apprécié dans la vallée, les pieds dans un petit ruisseau.

Beaudoin heureux de faire un tour de tandem avec son grand cousin!

L’arrivée sur Briançon est très belle. La ville est surmontée de deux grandes fortifications qui donne énormément de caractère à cette ville déjà pleine de charme. Nous pensions avoir le temps de revenir nous y promener, et n’avons pas pris la peine de prendre des photos à notre premier passage. Notre programme ne nous a pas permis d’y retourner, et nous n’avons pas de photos à vous montrer. Nous sommes bien décidés à revenir dans le coin. Nous devons avouer que nous sommes un peu tombés amoureux de la région.

forcémment, en altitude, c’est un peu plus frais!!!

Rencontre de Vilma, qui nous accueille pour notre dernière nuit en Italie

Nous sommes à Grenoble, et demain matin nous reprenons les pédales en direction de Lyon.  On vous tiendra au courant de la suite des évènements. On vous souhaite une bonne fin de vacances.

122 réponses pour “Douce France, cher pays de mon enfance!”

Laisser un commentaire

Rejoignez-nous sur Facebook