C’est l’heure de l’apéro…en photo!

Bonjour à tous,

Pardon pour le manque de nouvelles ! Depuis la Grèce, nous avons manqué à notre devoir de rédacteur. 

 

Notre traversée de l’Italie aura été marquée par la présence de la famille de Grégoire, venue nous rejoindre une semaine. Retrouvailles familiales, visite de Venise, de Vicenza et de son superbe théàtre, le belle Vérone, rencontres avec les Italiens, tous plus gentils les uns que les autres. Bref! Vous l’aurez compris, l’Italie nous a conquis.

Rizière de la plaine du Pô
Dédicace spéciale à mon cher beau-frère
Accueil pour la nuit dans le charmant atelier d’un peintre

Accueil chez Giussepe et sa famille
Amphithéâtre romain de Vérone
Pique-nique en famille:nous échappons à la pluie sur le parking du Lidl
Vérone by night
La Chartreuse de Pavie
Bergam
Théâtre de Vicenza, et son incroyqble décor
Venise, avec Madeleine

Avant cela, la Croatie. La encore la traversée fut marquée par la présence de Madeleine,la soeur de Grégoire, qui nous a retrouvé a Split pour 10 jours de pédalage.

Il ya beaucoup de denivelé dans le coin, dur dur pour nous de suivre Madeleine dans les montées…. Quelques kilomètres dans les terres, pour éviter une partie de la cote, très belles, mais tres touristique. Puis passage sur une petite Ile, avant de rejoindre la terre ferme de l’Istria.

     

Rencontre de Boris et Maja, qui nous font découvrir quelque spécialités locales
Petit passage en Slovénie, nécessaire pour rejoindre l’Italie
Motovun, au coeur de l’Istria.
Rencontre de Hélène et Romain, cyclotouristes français de la région de Grenoble
Dubrovnik
Dubrovnik

Montenegro, superbe! Nous sommes tombés amoureux de Kotor, ou la mer forme un lac au pied des montagnes noires (Monte Negro), ou Grégoire voulait meme acheter une vieille maison en pierre… Bon ce fut tres rapide, seulement deux nuits nous séparaient de l’Albanie et la Croatie.

 

LA maison de Grégoire


 

Sveti Stefan

L’Albanie, c’est très beau aussi, mais bien plus pauvre.

A la frontière avec la Grèce, nous constatons l’énorme différence.

Les gens ont tous été accueillants  notre égard, mais nous ressentions parfois une aggressivité dans l’ambiance générale. Les Albanais roulent très dangeureusement…un petit tete-à-queue par-ci, un grand coup de frein par là! ils se doublent, ou plutot se triplent, car pas de probleme pour eux d’etre à trois ou 4 voitures au meme niveau sur la route. Autant dire que nous étions plus qu’un peu crispés sur le tandem.

L’Albanie, ou le pays de la mercedes

Les centaines de plaques dédiées au morts sur la route, et qui ornent la chaussée, ne semblent pas les dissuader de faire des concours de vitesse avec leur voisin.

 

Rencontre avec Aurélien et Emmanuelle, partis eux aussi pour un an. leur projet est de changer de moyen de locomotion tout au long de leur voyage. Sponsorisés par peugeot, ils ont commencé leur voyage en scooter, puis ils les abandonneront en Mongolie, avant de continuer à pied, puis en vélo en Argentin, et enfin en Harley Davidson aux Etats-Unis. (The-loco-motion).

En Albanie, les gens accrochent à leur facade des nounours, afins d’éloigner le mauvais oeil.

Pêcheur au bord du lac de Pogradec
Lac de Pogradec

 

Bonne vacances à tous, et à très bientot!

3 réponses pour “C’est l’heure de l’apéro…en photo!”

  • monvelo25 dit :

    moi cette année je me cantonne aux chateaux de la loire mais aussi de beaux paysages merci pour toutes ces photos

  • Aurore GILLIER dit :

    J’étais en Albanie 15 jours en août magnifique pays…
    Pas de code de la route à quoi sa sert !!!
    Lac de Pogradec, Korce, Tirane, Vlore, et toute la côte sud le long de la mer adriatique…
    Contente de voir que vous avez aussi découvert ce pays !

  • du cosquer dit :

    merci encore pour les dernières photos qui nous font prolonger le voyage …..
    j’espère que votre nouvelle vie n’est pas trop dur après une si belle année de vélo à découvrir le monde !….
    merci pour les retrouvailles à Paris bien sympa …..
    je vous dis à très bientôt en Bretagne .
    nous vous embrassons affectueusement
    t. Didith

Laisser un commentaire